MALO

malo

©PhilippeH

Présentation

Adolescent, je découvre la culture hip hop par l’intermédiaire de la musique et je m’identifie rapidement à cette culture. Lors des premières « boums » auxquelles je participe, je développe une manière de danser autodidacte et appréciée de mes amis. Ceci va progressivement devenir un pan de ma personnalité.

Au lycée, je cotoie d’autres danseurs hip hop avec qui j’évolue, j’assiste à mes premiers spectacles de danse hip hop dont “Drop it” de la Compagnie Franck II Louise et “Dix Versions” de la Compagnie Käfig. Ils vont m’ouvrir de nouveaux horizons.

A Rennes, où j’entre à la faculté, je prend mes premiers cours réguliers. Jusque là en grande partie autodidacte, je structure ma danse avec un fort apport en technique. Je participe à des stages avec Joseph Go, Physs ou Marion Mottin. Je me spécialise en danse debout et plus précisément en popping boogaloo. Par ailleurs, je participe deux ans de suite à un atelier pédagogique, encadré par Ivan Ségalovitch, au sein duquel il nous initie à la création chorégraphique. Un certain nombre d’acteurs extérieurs interviennent dans ce processus de création. Nous avons la chance de travailler avec des chorégraphes comme Sébastien Lefrançois (Trafic de Styles). Nous participons par ailleurs à des rencontres chorégraphiques universitaires. Celles-ci sont pour moi l’occasion de cotoyer des danseurs issuent d’autres esthétiques. Ils m’initient notamment à la danse contemporaine et à la salsa.

Poursuivant mes études à Nantes, je ne retrouve pas l’émulation que j’avais connue à Rennes. Ceci va avoir deux effets sur moi : la volonté de donner un nouvel élan à ma danse et le désir d’inclure la danse dans ma vie professionnelle. Je décide donc l’année suivante, en 2006, de m’installer à Paris.

Je suis inscrit en master 2 à la faculté de Nanterre. J’y fais la rencontre d’Olivier Perrotin qui propose des cours de danse hip hop sur le campus. Nous nous lions rapidement d’amitié et il me propose de participer à mon premier battle en duo avec ce dernier. Commence alors une période d’entraînement régulier en vue du Juste Debout 2007.

Arrivant au terme de mon cursus universitaire en cette année 2007, je prend la décision de consacrer la majorité de mon temps à la danse. J’intègre à la rentrée scolaire la formation professionnelle de danse hip hop dirigée par Thony Maskott au sein de l’école de danse Kim Kan située dans le 20ème arrondissement de Paris. Cette formation sur une année scolaire comprend 15 heures de cours hebdomadaire. J’y découvre et travaille tous les styles majeurs de la danse hip hop (popping, locking, jazz rock, hype, new style, break, house) et ma technique s’affine.

Les cours de popping de la formation sont dispensés par Fox qui développe et m’initie à une approche de cette danse à partir du taï-chi. Je m’entraîne également en dehors  avec mes partenaires en vue d’échéances diverses.(compétitions, scènes, street show). Je remporte mon premier battle à Epinay-sous-Sénart en 2008 dans la catégorie popping qui est ma spécialité.

L’année suivante, je fais la rencontre d’Arno, danseur et professeur de popping-boogaloo à Paris. Son approche singulière, sa connaissance de la danse hip hop et de son histoire sont un enseignement riche pour moi.

En parallèle, je multiplie les expériences en tout genre : court métrage, clip, créations pour des évenements (Gala de boxe à l’Institut national du judo), battles, street show à Barcelone.

Je poursuis également mes entraînements réguliers, c’est lors de ceux-ci que je rencontre différents membres de l’association Move and Art. J’y découvre une manière de travailler basée sur l’échange et l’émulation. Je suis séduit par cette approche et par les personnalités que je rencontre. Je me lie d’amitié avec eux. Je découvre progressivement leur activité, parfois en y participant, parfois en venant les supporter. J’intègre l’association et le collectif en octobre 2009. C’est le début d’une nouvelle aventure…